FR - EN

Charles Belle

Cirque Plume

"confiés à la forêt"

Charles Belle

2017

fusain sur toile

3 x 8 mètres

 

Au cours de l’hiver 2015, Charles Belle installe une grande toile de 3 x 8 mètres au cœur de la forêt de son enfance. Il choisit un endroit reculé, quasiment inaccessible. Sur place, il fabrique un outil avec une branche et un bloc de fusain. C’est avec cet outil qu’il commence à jeter un dessin sur la toile tendue entre deux arbres. Les conditions sont difficiles, la toile se déforme, les branches des arbres le gênent, la neige est profonde.
Pourtant ses gestes sont amples et fulgurants. Les noirs sont intenses, les lignes sont vibrantes, le dessin surgit. Un dessin abstrait, ou un dessin de branches, c’est selon. Il réalise ensuite un second dessin sur l’autre face de la toile. Encore plus obscur, plus impénétrable.

Il pense avoir réalisé son œuvre ultime. Une œuvre que personne ne verra jamais. Une œuvre qui ne sera jamais exposée. Une œuvre qu’il abandonne à la forêt. La toile reste sur place pendant de longs mois. Le vent, la neige, la pluie et les branches, la griffent, la patinent, l’abîment. Au début de l’automne suivant, Charles Belle revient et découvre que la toile est envahie par la végétation. La nature semble reprendre ses droits sur cet intrus. Avec un bloc de fusain, il recouvre le premier dessin. La poussière de charbon s’incruste dans sa peau, dans ses yeux, dans sa chair. Il semble effacer la trace de son existence pour la rendre à la forêt.

Puis il abandonne à nouveau ces dessins dans la forêt. Ils sont malmenés par la puissance des éléments, s’inscrivent dans le rythme de la forêt. Charles Belle imagine qu’ils disparaîtront, déchirés par un orage ou par la chute d’un arbre.

Les lignes du premier dessin réapparaissent sous le noir, le fusain coule, les branches laissent des traces de griffures.

C’est seulement un an plus tard que Charles Belle revient voir les dessins. Il est accompagné de son ami Bernard Kudlak qui est alors en pleine création de l’ultime spectacle du Cirque Plume. Lorsqu’il découvre les dessins, Bernard Kudlak propose à Charles Belle de les intégrer dans son spectacle.

Ils reviennent dans la forêt avec l’ensemble de la troupe pour procéder à l’enlèvement de la toile. Certains dansent, d’autres jouent de la musique, comme lors d’un rituel. Ensemble, ils portent la grande toile, dans une émotion joyeuse. Le destin de ces grands dessins était de disparaitre dans le silence absolu. Leur histoire continue finalement de s’écrire. Ils accompagnent désormais le Cirque Plume en tournée mondiale pour « La Dernière Saison ».  

 

 

 

 

À voir dans

"La Dernière Saison"

du Cirque Plume.

 

Nous vous invitons à découvrir l'article de Culturebox

"La toile vivante" de Charles Belle, décor naturel du Cirque Plume

en cliquant sur le lien suivant :

 

https://culturebox.francetvinfo.fr/arts/la-toile-vivante-de-charles-belle-decor-naturel-du-cirque-plume-258687

 

Photographie du spectacle "La Dernière Saison", 2017, Cirque Plume, copyright Yves Petit.

 

#CirquePlume #Dessin #CharlesBelle

#CultureBox